LA HAUTEUR MANOMÉTRIQUE TOTALE (HMT)

LA HAUTEUR MANOMÉTRIQUE TOTALE (HMT)

COMMENT SAVOIR LA HAUTEUR MANOMÉTRIQUE TOTALE (HMT)

Les travaux d’installation d’une électropompe peuvent se montrer indispensables surtout dans le cadre d’un projet d’alimentation en eau potable. Pour la réussite d’une telle opération, il est important que la pompe produise une pression nécessaire. En terme technique, il s’agit de la hauteur manométrique totale ou HMT.

Une définition classique pour le HMT

L’HMT est encore connue sous le vocable d’Élévation manométrique total (EMT). Par définition, il est question de l’énergie qu’il faut produire pour rehausser une masse d’eau dans une étendue d’eau. On pense notamment à un réservoir, un bassin ou encore une pièce d’eau. De l’autre côté, elle est universellement assimilée à la pression que l’électropompe doit exercer dans des conditions d’aspiration et de refoulement.

La hauteur manométrique et son unité de mesure

De façon générale, l’unité classique d’une pression est exprimée en bars ou en pascals. À l’évidence, ce n’est pas le cas de la hauteur manométrique totale. Sa valeur s’exprime plutôt en mètres ou en mètres de colonne d’eau (mCE). Pour les professionnels, la HMT intervient surtout lorsqu’il faut dimensionner une pompe. Ainsi, une formule mathématique existe pour la déterminer.

La hauteur manométrique et son équation

Dans l’univers de la plomberie, quand une électropompe est reliée à une canalisation, la hauteur manométrique est calculée en fonction de trois effets physiques.

La hauteur géométrique totale

Elle correspond à l’altitude physique dont la pompe a besoin pour faire parvenir l’eau aux consommateurs.

De façon concrète, il est question de la distance perpendiculaire qui existe entre la pompe et le robinet. Partant de ce principe, il est facile de retenir que la pompe représente le point d’aspiration alors que le robinet se résume au point de sortie ou de distribution. À cet effet, deux grandes hauteurs géométriques se dessinent.

  • La hauteur géométrique d’aspiration : exprimée en mètres, c’est l’écart de niveau entre le point le plus bas de l’eau et l’axe de la pompe.
  • La hauteur géométrique de refoulement : avec une valeur en mètres, c’est l’écart de degré entre l’axe de la pompe et l’emplacement le plus élevé de la distribution ou de sortie.

Les pertes de charge

On appelle pertes de charge la dissipation de pression à l’intérieur d’une canalisation qui est provoquée par des frottements. Il en existe deux types à savoir :

  • Les pertes de charge régulières ;
  • Les pertes de charge singulières.

Ce sont uniquement ces dernières qui sont prises en compte dans le calcul de la hauteur manométrique globale. Elles interviennent en cas d’un dysfonctionnement de la canalisation : raccord en T, jonctions, coudes, etc. Ce type de pertes peut se produire aussi bien au niveau de la tuyauterie de refoulement que celle d’aspiration.

La pression utile

Ce dernier effet physique est la pression de refoulement que l’on souhaite obtenir une fois le robinet du consommateur ouvert.

En somme, la véritable équation pour déterminer la hauteur manométrique totale se résume comme suit :

  • H.T.M = (HGA + HGR + Pc) + Pu, avec HGA pour la hauteur géométrique d’aspiration, HGR pour la hauteur géométrique de refoulement, Pc pour les pertes de charge et Pu pour la pression utile.

 

Articles Relatifs

  1. POMPE VIDE CAVE
  2. LES POMPES SOLAIRES
  3. DÉBIT ET PRESSION – POMPE À EAU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.